Chroniques de livres

Chronique “Le charme discret de l’intestin”

Chronique “Le charme discret de l’intestin” de Guilia Enders

Surpoids, dépression, diabète, maladie de peau… et si tout se jouait dans l’intestin?

Au fil des pages de son brillant ouvrage, Giulia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe qu’on a tendance à négliger , voire à maltraiter. Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente, toujours de façon claire et captivante les résultats des toutes dernières recherches sur le rôle du “deuxième cerveau” pour notre bien-être.

C’est avec des arguments scientifiques qu’elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments, et appliquer quelques règles très concrètes en faveur d’une digestion réussie. Dans cette nouvelle édition augmentée, Fauteur fait état des recherches récemment publiées, notamment celles qui précisent l’influence du microbiote sur notre bonne ou mauvaise humeur. Elle recommande également la fermentation de certains légumes : encore une chose dont notre microbiote raffole.

Voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre.

Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé
 

 

 

 

LE CHARME DISCRET DE L’INTESTIN

Pour certain lire cet ouvrage peut être synonyme de gêne compte tenu des sujet abordés, qui sont souvent tabous alors que chacun d’entre nous est constitué de la même manière, et chacun va bien évidemment à la selle. C’est dans le métro parisien que j’ai commencé cette lecture pour le moins imagée. Et c’est avec grand intéressement que je découvrais pour la première fois des explications sur comment il faut , correctement, se positionner / s’asseoir pour aller sur la selle.

Quelques dessins sont présents pour bien nous le faire comprendre, cette partie a attirée quelques coup d’œils indiscrets au dessus de mon épaule pour s’avoir de quoi ma lecture retournait. C’est donc avec “l’art de bien chier” selon les dire de Guilia Enders que débute le merveilleux voyage dans les profondeurs de notre corps pour en découvrir ses secrets les plus intimes. En effet, ce qui se passe dans notre corps se révèle être un mystère pour la plus grande majorité d’entre nous.

Au quotidien, notre corps travaille d’arrache pied pour nous permettre de se mouvoir chaque jours avec plus ou moins de facilité. Ainsi, on ne se rend pas compte de toute l’énergie déployée pour faire fonctionner la machinerie de la manière la plus optimale. Comme l’auteur du charme discret de l’intestin, l’explique clairement dans les premières lignes de son ouvrage, les intestins sont des organes mal aimés, cependant, ces derniers sont assurément aussi important que le cerveau ou le cœur. Ils sont d’ailleurs souvent appelés avec justesse “deuxième cerveau” et ce n’est pas pour rien.

Anatomie du système digestif

Les intestins font cependant parti d’un tout, le tube digestif ou système digestif, comme on l’appelle. En effet, on compte dans l’ordre, le système buccal, l’œsophage, l’estomac et les les intestins.

 

 

sphincter interne et externe

A la fin de ce chemin intestinal, on retrouve 2 sphincters. Les sphincters sont des muscles qui permettent la libération de ce que nous ingérons. Le corps possède ainsi un sphincter interne et un sphincter externe. Les deux sont en étroite communication. En effet, l’évacuation des déchets dépend aussi de l’environnement dans lequel on se trouve. Si, on se trouve chez soi, sans contrainte particulière, le sphincter externe enverra tout simplement le message “oui” à l’interne. Alors que si on se trouve au beau milieu d’un repas de famille, le sphincter externe aura tendance à dire “non”. C’est ainsi que le sphincter interne se contractera pour ne rien laisser passer. Cependant à trop retarder l’évacuation, le corps peut être sujet à certain nombre de maux et à des troubles intestinaux.

Position idéale

Pour facilité l’évacuation des excréments, il convient non pas de s’asseoir traditionnellement comme sur une chaise lorsque l’on va aux toilettes. En effet, il s’agit plutôt de s’accroupir. Dans la position traditionnelle le rectum est en effet compressé. Il a été démontré que dans les pays ou on s’accroupit, les problèmes tels que les inflammations, hémorroïdes sont alors beaucoup moins présents.

Voyage au centre du corps

Les sens

Le grand voyage de la nourriture commence avec les sens. L’odorat et la vue sont deux sens majeures dans le processus de digestion. Tout le monde a déjà eu “l’eau à la bouche” face à un met qui nous fait de l’œil. Cette “eau à la bouche” image tout simplement le processus salivaire enclenché par l’image et l’odeur de la nourriture que l’on a face à soi. La création de salive se produit par les glandes et papilles salivaires présentes à différents endroits à l’intérieur de la bouche

Salive

Savez-vous que l’on produit environ 1.5 litre de salive par jour ? Mais la nuit, c’est tout autre chose car le corps fonctionne au ralenti. Ainsi, la création de salive l’est aussi et est moindre. C’est pourquoi , au réveil on a mauvaise haleine. Mais quel est le rapport ? La salive est tout simplement un puissant antibactériens. La salive forme en quelque sorte un film protecteur sur toutes les parois de la bouche, que ce soit sur les muqueuses, les gencives ou encore les dents. La salive capte ainsi les bactéries présentes dans la cavité buccale pour éviter de quelconques infections. Puisque la nuit, la création de salive est à son minimum, la prolifération des bactéries favorise les mauvaises odeurs.

La salive, fait également office d’anti-douleur et d’anti-dépresseur. En effet, une coupure au palet nous ferait beaucoup plus mal.

Système buccal

Lors de son ingestion, la nourriture fait face à la première muraille que le corps a érigé : la langue. La langue, muscle puissant que permet de tâter les corps étrangers et laisse ou non passer ce qui est introduit dans la bouche. Pourvu de nombreux nerfs, celle-ci, par exemple, au moment de manger quelque chose de très chaud vous fera comprendre qu’il vaut mieux vous abstenir un moment avant de commencer à manger. La suite du parcours est ouvert par les amygdales.

Les amygdales font parties du système immunitaire. Elle atteignent leur apogée dès l’âge de 7 ans. En effet, avant cet âge, les amygdales sont en plein apprentissage pour fonctionner parfaitement par la suite. Pour apprendre, elles font face à de nombreuses infections durant les premières années de l’enfance, ce qui leurs permettent de se renforcer. En ce qui concerne l’ablation des amygdales, il est donc conseillé de procéder à l’acte chirurgical une fois que cet apprentissage est terminé, c’est-à-dire au alentour de l’âge de 7 ans.

Selon les études médicale liées à l’ablation des amygdales, on remarque une corrélation avec la diminution des maladies de peau tel que le psoriasis.

Tomber à pic dans l’estomac

estomac romyraw
l’estomac d’une personne face à vous

Après les envoûtant mouvements de langue, la nourriture plonge dans l’œsophage, qui n’est autre que le chemin direct vers l’estomac. Souvent quand les personnes on mal au ventre, elles ont tendance à dire qu’il s’agit de l’estomac. Cependant il faut savoir que contre toute attente celui-ci se situ en grande partie sous la cage thoracique, à gauche. C’est donc le plus souvent aux intestins que vous avez mal.

L’estomac est un organe constitué de manière à être le plus ergonomique possible. En effet, il est incliné. Qu’est ce qu’on en a à faire me direz vous? C’est important car quand vous buvez de l’eau, l’estomac est incliné de manière à faire couler le long de la paroi droite, l’eau pour l’amener directement au niveau du tube digestif. A contrario s’il s’agit d’aliments solides, ceux-ci, sont “stockés du côté gauche pour que ces derniers soient digérés. Ainsi, l’eau coule sur la droite qui représente le côté court de l’estomac, et les aliments tombent à gauche.

Pour la digestion des aliments, l’estomac et un organe malin, il fait du tri dans ce qui tombe là dedans. Tout ça dans le but de déterminer quels sont les aliments qui ont besoin d’une digestion plus poussée.

Le cru dans tout ça ?

Ici on parle d’alimentation vivante, c’est-à-dire crue ou cuit à très basse température. Mais ce qu’il faut savoir c’est que ce mode d’alimentation ne convient pas à tout le monde et nécessite un estomac en béton. En effet, beaucoup de personnes sont fâchées avec leur estomac. Les légumes racine par exemples sont très compliqués à digérer, il faut en effet, du temps à l’estomac pour les dénaturer, c’est-à-dire, les digérer. S’ils sont ingérés crus, ces légumes devront passer plus de temps sous le joug de l’estomac pour un malaxage plus approfondi, qui va lui faire dépenser plus d’énergie que si’ils auraient été cuit. Mais ce n’est pas dramatique en soit, puisqu’il est important de manger des fruits et de légumes crus.

Intestin grêle

Après cette période plus ou moins longue de digestion intense au sein de l’estomac, les aliments sont envoyés vers l’intestin grêle. Ce dernier est très impressionnant puisqu’il mesure entre trois à six mètre de long.

C’est ici que tout la magie de la récupération des nutriments s’opère. En effet, l’intestin grêle va continuer de malaxer ce qui sort de l’estomac pour désintégrer ce qu’il en reste afin de garder ce qui est essentiel, c’est-à-dire, les glucides, les lipides et les célèbres protéines. Cette opération est accomplie grâce aux villosités présentent sur toute la surface de la muqueuse intestinale. Quand toutes ces protéines, glucides et compagnie sont libres, elle passent à travers la paroi intestinal pour voguer dans le sang. Elles passeront par la suite dans le foie afin que celui-ci puisse filtrer et nettoyer le sang des éléments néfastes qui peuvent s’y trouver.

On peut évoquer par exemple des métaux lourds qui peuvent être présents dans l’alimentation. Les lipides, par contre ne passent pas par le foie, ce qui induit qu’ils ne sont pas filtrés et qu’ainsi de bonnes et de mauvaises graisses se retrouvent à circuler dans le sang. Une fois que l’intestin grêle a plus ou moins fini son travail, environ une heure, il commence à se nettoyer.

Les intestins, contrairement aux idées reçues sont des organes très propres. Cependant dès que l’on grignote ce système de nettoyage se stop pour enclencher une nouvelle fois la digestion. Sans pause, le corps peut ainsi accumuler une quantité de déchets importante qui ne peuvent pas être totalement évacuée.

Appendice

A la jonction de l’intestin grêle et du gros intestin, on trouve quelque chose qui pose souvent des soucis. L’appendice. Bien qu’il se trouve dans le tube digestif, l’appendice n’a rien à voir avec la digestion. Cependant il ne sert pas à rien, comme pensent bon nombre de personnes. En effet, il joue un rôle de défense immunitaire en détectant les germes. Cependant, il est très fragile et malheureusement, il a souvent tendance à s’encrasser et à s’inflammer ce qui mène la plupart du temps à l’ablation de celui-ci. C’est ce que l’on appelle communément l’appendicite.

Allergies et problèmes de digestion

allergies romyraw

Dans le charme discret de l’intestin, Guilia Enders évoque les différents maux liés à nos intestins. Des maladies chroniques et modernes qui touchent un nombre toujours plus important de personnes chaque année. En effet les allergies au gluten, au “lactose” ou encore au fructose sont présentes chez une grande partie des individus à une échelle plus ou moins grande. Quand l’un sera juste ballonné, un autre sera plié en deux à cause de la douleur ; nous ne sommes malheureusement pas non plus égaux sur ce point.

Mais à quoi sont dû ces allergies ? De manière très concrète ces allergies surviennent lorsque les particules de gluten par exemple arrivent dans les intestins et lorsque celles-ci ne sont tout simplement pas digérées. Provoquant ainsi bon nombre de maux comme des inflammations intestinales qui peuvent être bine évidemment très douloureuses


Remonter de sucs gastriques et vomissement

Ils sont dû à une contradiction des informations à l’endroit où se côtoient les deux systèmes nerveux. Celui du cerveau et celui de l’intestin. Cependant les vomissements sont un dernier recours au corps pour éliminer un produit consommé qui est estimé dangereux. Le système salivaire se met ainsi en marche forcée car comme dit précédemment, la salive protège les dents, les gencives etc contre les agressions. Salive utile dans ce moment puisque le contenu acide de l’estomac ressort.

Si les aliments ressortent entier, c’est que la nourriture se retrouvait à ce moment là, dans l’estomac. On peut ainsi remarquer chez certaines personnes, qu’elles ne mâchent pas assez leur nourriture. Si, au contraire la nourriture a déjà été “broyée” c’est qu’elle se trouvait dans l’intestin grêle. Cependant les vomissement peuvent survenir à d’autres occasion comme beaucoup de personnes, dans les transport par exemple.

constipation

La constipation n’est souvent que passagère. En effet, dans le charme discret de l’intestin, Guilia Enders nous explique que la constipation peut être liée à un simple changement d’environnement, à un simple stress ou encore par un changement des habitudes alimentaires. Dans ce genre de situation il est conseillé de boire tout simplement beaucoup d’eau et de manger des fibres en grande quantité.

Règle des 3 jours

Cette règle s’applique à notre gros intestin. Mais que veut dire cette règle des trois jours ? En réalité c’est tout simple. En effet, on peut scinder notre gros intestin en trois parties. Chacune de ces parties vide son contenu chaque jour. On peut donc aller à la selle trois jours après avoir commencé un jeûne par exemple. Lors de problème de constipation, on peut avoir un recours temporaire aux médicaments qui vont par l’action de laxatifs vider les trois parties du gros intestin en une journée contre trois.

Bien que utile parfois, la médication doit être exceptionnelle, car brusquer trop souvent le système digestif peut causer quelques problèmes de digestion. Une fois les intestins évacués grâce à un laxatif, la règle des trois jours s’applique de nouveau et on ne doit pas s’étonner cette fois d’aller à la selle seulement trois jours après avoir recommencé à manger.

 

L’intestin, deuxième cerveau

Les intestins représentent un système complexe, complètement autonomes. Comme je le disais plus haut, le cerveau n’a pas d’action sur lui car ils possèdent un système nerveux sur lequel le cerveau n’influe pas. Cependant les deux sont tout de même liés d’une certaine manière. En effet, lors de l’ingestion d’aliments, contenant certaines bactéries, ils peuvent avoir un impact sur ce que l’on appelle “les humeurs”. L’intestin aurait donc une influence sur notre comportement. On a ainsi vu naître le terme d’intestin irritable pour exprimer ce désagrément.
Malgré le fait que ces bactéries sont présentes dans l’entièreté du corps, elles sont néanmoins beaucoup plus nombreuses dans les intestins. En effet, 99% d’entre elles s’y trouvent. Ce n’est pas pour rien que manger certaines bactéries pourraient changer notre humeur.

Bien évidemment, toutes ne sont pas mauvaises et n’ont pas d’impact négatif sur le comportement mais si notre système digestif va mal… nous aussi. Des études ont été menées sur des souris pour démontrer que la population microbienne a bel et bien une influence sur notre corps et sur notre comportement. On sait aussi que la grande majorité des bactéries bénéfiques pour le corps empêchent les mauvaises de prendre place. Mais encore faut il avoir une alimentation qui favorise l’installation des bonnes bactéries.

Le microbiote intestinal

bactéries intestin romyrawL’auteur après nous avoir montrer le parcours des aliments au sein du corps, nous fait découvrir le microbiote intestinal. Il se compose de la faune et de la flore intestinale. Lorsque l’enfant naît, la faune intestinale se créée. Tout comme les amygdales cette faune nécessite une certaine éducation. Cette éducation aura une durée plus ou moins égale à trois ans. Cette flore intestinale se fit alors à ce que l’enfant mange durant les trois premières années de sa vie et elle s’adapte donc à son environnement. C’est ainsi que des enfants africains, asiatiques et européens n’auront pas le même microbiote intestinal. Cette action a bien évidemment pour but d’améliorer l’assimilation des aliments avec lesquels ils sont nourris et permettre ainsi une meilleure digestion.

Mais cette flore se modifie aussi selon plusieurs facteurs. En effet selon l’alimentation d’un individu la faune s’améliorera ou a contrario se détériorerait. C’est ainsi que toutes ces petites bactéries peuvent avoir un impact sur notre corps et potentiellement le rendre malade. L’âge joue un rôle aussi dans la qualité de la faune intestinale ainsi que certaines périodes de stress.

A quoi servent les bactéries ?

Dans le tube digestif on remarque la cohabitation de différents et multiples types d’êtres vivants. Les bactéries sont bien sûr les plus nombreuses et sont comptabilisées à hauteur de 90%. On note aussi la présence de d’êtres unicellulaires, donc des cellules qui quand à elles vont venir se nourrir des déchets produits par les bactéries présentent dans le tube digestif. Notons également la présence de levures.

Les bactéries nous nourrissent, en effet c’est grâce à elles que nous pouvons assimiler les vitamines, les protéines par exemple. De nombreuses études s’accordent ainsi à dire qu’elles ont un impact son négligeable sur la santé des individus. En effet, un certain nombre de maladies pourraient provenir tout simplement de là. Une hypothèse veut que ce sont les bactéries qui décident de ce que nous avons envie de manger. Si l’on stop un aliment tel que le fromage, on ressent une très grande envie de fromage, les bactéries crient donc famine puisqu’elles n’ont plus de fromage.

Les familles de bactéries

Toutes ces bactéries sont ainsi classées selon trois familles : les bacteroides, les prevotellas et les ruminococcus.

La famille des bacteroides, possède un rôle très important puisque les bactéries de cette familles vont tout simplement de fabriquer les lipides, les glucides, et aider le corps à assimiler les protéines. Ces bactéries ont donc un rôle dans la création d’énergie. Les prevotellas quand à elles créées de la vitamines B1 qui protège et nourrit les cellules nerveuses. Les ruminococcus font l’objet de grands débats puisque beaucoup de scientifiques s’accordent à dire qu’ils sont inexistants, alors que d’autres estiment qu’ils existent et qu’ils ont une influence sur la fabrication du sang.


Bonnes et mauvaises bactéries

Ils faut bien évidemment faire la distinction entre les bonnes et les mauvaises bactéries. Le problème n’est pas là, il est tout autre. En effet, on voue un culte à la propreté qui nous pousse à nettoyer tous les aliments de manière rude. Ainsi en souhaitant débarrasser un aliment de ses mauvaises bactéries, on détruit aussi les bonnes. Ceci représente un problème d’autant plus que plus de 90% des bactéries sont bonnes pour la santé.

 

Prébiotiques et probiotiques

Pour aider les bonnes bactéries qui se sont installés dans l’intestin, les prébiotiques, c’est ce qu’il faut. En effet c’est dernières vont permettre de favoriser la proliférations des bonnes bactéries présentent dans le système digestif. On trouve généralement ces derniers dans les fibres des aliments. Malheureusement, grand nombre de personnes ne consomment pas assez de fibre, ce qui induit donc un mauvais entretient des bonnes bactéries présentent dans l’intestin.


Comme leurs confrères, les probiotiques aident les bonnes bactéries à faire leur travail. De surcroît les probiotiques permettent de lutter contre l’installation des mauvaises bactéries. On trouve dans la grande majorité les prébiotiques dans les produits fermentés. On les retrouve aussi dans les produits à base de légumes et fruits lactofermentés.

Si cela vous intéresse je vous envoie vers une autre chronique de livre qui s’intéresse aux jus de fruits et de légumes :

La santé par les jus frais de légumes et de fruits par le Dr Norman Walker

Voici la fin de cet article chronique. Si elle vous a intéressée ou si vous avez des questions n’hésiter pas à écrire un commentaire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

Une remarque ou une question, laissez un commentaire, j'y répondrai avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.