Nutrition

Les laits végétaux : l’alternative 100% végétale

Véritables alternatives au lait traditionnel, les laits végétaux (ou boissons végétales) se font adopter chaque jours un peu plus dans les foyers. Attention toutefois à ne pas consommer n’importe quoi. En effet, rien ne vaut des laits végétaux fait main plutôt qu’une brique achetée dans n’importe quel magasin.

romyraw laits végétaux

Les laits végétaux

Pourquoi boire des laits végétaux ?

Les laits végétaux représentent une véritable alternative à ce que l’on pourrait appeler les laits traditionnels (vache, chèvre, jument, etc.). En effet, dans un contexte de santé qui tend de plus en plus et de mieux en mieux vers le naturel, le bio et le non transformé, les laits végétaux savent y faire pour nous convaincre. Nous sommes de plus en plus touché par les maux modernes concernant l’alimentation et plus précisément les maux liés notre digestion. Ainsi, intolérances et allergies en tout genre font désormais parti du quotidien de bon nombre d’entre nous.

Je vous invite d’ailleurs à lire la chronique “le charme discret de l’intestin” écrit par guilia enders, afin de vous donner un aperçu de ce qui se passe réellement dans les coulisse du système digestif (qui je vous le rappelle ne se concentre pas seulement sur les intestins) et pourquoi tout ne fonctionne pas parfaitement.

Chronique “Le charme discret de l’intestin, cet organe mal aimé” de Guilia Enders

Le lait animal est ainsi remplacé petit à petit par leur confrères, les laits végétaux. Les avantages en sont d’ailleurs nombreux.

Le lait animal est-il vraiment bon ?

D’un point de vue éthique les laits végétaux visent à ne pas utiliser des êtres vivants pour satisfaire nos papilles. Les conditions d’élevage peuvent certes sembler corrects, mais en creusant ne serait-ce qu’un peu le sujet, on se rend compte du calvaire qui leur est imposé. Comme dit dans la vidéo ci dessous, on a souvent tendance à penser que les vaches vives  paisiblement dans de grandes prairies à brouter de l’herbe grasse, mais la réalité est tout autre.

En effet, pour produire du lait, il faut inséminer de force l’animal, et bien évidemment séparer peu de temps après la naissance le veau de sa mère. Veau, qui finira généralement dans un abattoir. Les vaches ont ainsi leur lait prélevé de manière intensive grâce à des tireuses à laits dans de grands entrepôts. Rappelons d’ailleurs que dans beaucoup d’endroits les vaches ne voient la lumière du jour que par les fenêtre. Compte tenu du tirage de lait intensif, des blessures apparaissent et suppurent, et on dope ainsi l’animal aux médicaments. Des hormones leurs sont aussi donné pour produire toujours plus de lait. Je vous laisse comprendre que dans le lait on retrouve ainsi beaucoup de choses que l’on ne pensait pas. Des antibiotiques, des hormones, du pus et des pesticides sont de ce fait présents dans le lait.

D’un point de vue santé, notons également que l’être humain est la seule espèce animal à boire le lait d’une autre espèce, alors qu’il n’en a pas besoin.

Je vous laisse visionner cette petite vidéo que reprend les points aborder ci dessus

Pour ceux que cela intéresse, je peux aussi vous conseiller de vous procurer ce livre qui fera bientôt l’objet d’une chronique : Lait mensonges et propagande

Cependant fermons cette parenthèse éthique pour se focaliser d’avantage sur ce qui vous a fait cliquer sur cet article : les laits végétaux.

Boire des laits végétaux permet donc d‘améliorer son alimentation, de l’équilibrer et surtout de la diversifier. En effet nous pouvons faire du lait à partir d’une quantité non négligeable d’oléagineux, comme les amandes, les noix, les graines de tournesol, les noix de cajou etc. Mais aussi de céréales telles que le riz, l’avoine, le chanvre et contre toute attente certains tubercules sont aussi de la partie. Citons ainsi le souchet dont je vous parlerai plus spécialement en fin d’article.

Pourquoi faire les laits végétaux à la main ?

Je le conçois faire ses laits végétaux peut sembler prendre beaucoup de temps. Ainsi, certain d’entre nous jouent la carte de la feignantise et achètent des briques de laits végétaux, ce qui peut s’avérer une fausse bonne idée.Une brique de lait végétal ne vaut en rien ce que vous pouvez faire chez vous. Il faut ainsi faire attention à ces fameuses briques et bien lire le contenu des étiquettes nutritionnelles présentes au dos.

Dans beaucoup de cas on remarque au final que les oléagineux représentent très souvent moins de 10% du produit. Ce n’est d’ailleurs pas le seul problème puisque dans beaucoup de ces briques on retrouve du sucre, de l’huile, et différents additifs destinés les rendre plus consistant. Vous l’aurez compris, ce n’est pas parce qu’un produit se dit bon, qu’il l’est forcement.

L’intérêt de faire son lait végétal à la maison est donc tout simple. En effet, tous les stades de fabrication sont contrôlés directement, par vous même. Les laits végétaux sont d’ailleurs très simple et surtout rapide à réaliser contrairement à ce que beaucoup peuvent penser. Seul le temps de trempage des oléagineux nécessite de l’organisation et du temps. Les laits végétaux sont donc parfaits pour vous satisfaire. Ils sont en effet, faible en calories, faible en sucre, bon au goût et surtout facile à digérer. L’alternative 100%végétale que représentent les laits végétaux est donc un véritable atout pour toute personne désireuse de prendre en main sa santé.

Comment faire ses laits végétaux ?

Le trempage des oléagineux

Avant toute chose il est nécessaire de faire tremper vos oléagineux pour en faire du lait. Ceci représente la partie la plus longue de la fabrication. Le temps de trempage s’approche des 8 heures en moyenne. Mais ne fuyiez pas, il est inutile de se dire que ça prend trop de temps quand on peut les faire tremper la nuit. Bien qu’il y ait un temps de trempage minimal, aucun temps maximal n’est proscrit. Bien évidemment, évitez tout de même de laissez tremper vos oléagineux plus de 24 heures… L’avantage de les faire tremper la nuit est que l’on peut faire ses laits végétaux au matin, pour son petit déjeuner.

Mais quel est l’intérêt de les faire tremper ? D’une part pour attendrir les oléagineux mais d’autre part pour les rendre assimilable. En effet, toute graine qui se respecte, se doit de se protéger contre les attaques extérieurs. Elles possèdent ce que l’on appelle des inhibiteurs enzymatiques. Ces inhibiteurs enzymatiques permettent tout simplement à la graine de ne pas être digérée. Faire tremper les oléagineux permet donc de retirer les inhibiteurs enzymatiques afin de consommer ses amandes de manière à lui prendre tout ce qu’elle a de bon à nous donner. D’autant plus que le trempage actionne le processus de germination qui va débloquer tout les nutriments intéressants.

Pour ceux que ça intéresse, je vous invite à lire cet article dédié aux oléagineux.

Tout savoir sur les oléagineux: le dossier complet

Il faut bien évidemment jeter l’eau de trempage où sont désormais présents ces inhibiteurs d’enzymes. Rincer les oléagineux clos donc la session trempage et nous permet de commencer avec enthousiasme la fabrication de nos laits végétaux

romyraw laits végétaux

Fabrication du lait

Ce qui vient ensuite est très rapide. L’action consiste à mettre ses oléagineux dans son blender et d’y ajouter de l’eau. Il ne faut pas mettre toute l’eau d’un coup surtout si votre bender (ou mixeur) n’est pas très puissant, cela peut en effet laisser de petits morceaux. Cependant veillez à ne pas ajouter trop d’eau par rapport à la quantité d’oléagineux sinon vos laits végétaux seront assez fades et vraiment pas satisfaisant pour vos papilles. Je vous conseille au maximum 5 volumes d’eau pour un volume d’oléagineux. Ces 5 volumes d’eau sont d’ailleurs vraiment le maximum optez plutôt pour 3 à 4 volumes d’eau. Personnellement je ne rajoute que 3 volumes d’eau et je trouve cette quantité très appropriée et adaptée.

Le goût des oléagineux est ainsi bien concentré et la texture est plutôt grasse. Bien souvent on est habitué à manger sucré et ceux qui étaient habitués à boire des laits végétaux en briques risquent d’être déçu. Cependant pour remédier au problème il suffit d’y ajouter quelques ingrédients.

Pour sucrer vos délicieux laits végétaux vous pouvez tout simplement ajouter quelques dattes, figues ou raisins secs. L’utilisation de sirop d’agave, de sirop d’érable ou encore de miel est tout à fait possible. Pour les plus gourmand d’entre vous, l’ajout d’épices est tout à fait autorisée, l’imagination est votre seule limite. J’aime ainsi ajouter de temps en temps de la cannelle ou encore de la vanille pour aromatiser mes laits végétaux pour ne pas s’habituer au goût et me lasser. Ainsi veillez à ne pas vous servir tout le temps du même oléagineux pour faire vos laits végétaux. Vous pouvez d’ailleurs faire des mixes comme par exemple noix de grenoble et graines de tournesol.

Une fois que tout vos ingrédients sont mixer et qu’il ne reste plus rien de vous ingrédients, deux choix s’offrent à vous. Soit vous filtrez votre lait, soit vous consommez la pulpe.

Parfois il me plaît de laisser la pulpe de mes oléagineux pour donner un côté plus consistant. Mais la très grande majorité du temps je le filtre. Encore une fois deux techniques sont possibles.

  • Sac à lait

La solution la plus simple est d’utiliser ce que l’on appelle un sac à lait. Souvent à base de coton, vous pouvez tout à fait le coudre vous même à l’aide de tissus (non traité). L’utilisation est très simple mais un peu salissante, donc ceux qui ne supportent pas de mettre les mains “dans le plat” je vous conseille de passer directement à la deuxième technique. Il suffit de verser le contenu du blender dans le sac à lait au dessus d’un saladier et de le refermer. Il s’agit ensuite de tout bêtement de presser entre vos mains le sac pour filtrer la pulpe du lait. Cela se fait assez rapidement.

Astuce : mettre les coutures du sac à lait vers l’extérieur pour qu’il soit plus simple à laver par la suite !

Petit bonus supplémentaire: la pulpe se nomme l’okara et vous pouvez l’utiliser dans la préparation de gâteaux, de biscuits ou de crackers. Bien que l’intérêt nutritionnel est très faible, l’okara est tout de même savoureux.

  • Système D ( D comme débrouille)

Pour ceux qui ne veulent pas se salir les mains, il va falloir s’armer d’un saladier, d’un tamis de cuisine et d’une grande cuillère. Versez le contenu du blender dans le tamis et faites en sorte de filtrer au maximum en appuyant bien sur l’okara à l’aide de la cuillère. Cette technique n’est pas parfaite et selon la taille des trous du tamis, la pulpe peut passer au travers. Veillez donc à vous munir d’une grille la plus fine possible.

romyraw laits végétaux

Conservation des laits végétaux

Les laits végétaux se conservent très bien au réfrigérateur pendant au moins 4 jours dans un récipient hermétique. Apres ce délai ils risquent de fermenter, ce qui n’est pas forcement une mauvaise chose. La fermentation apporte de bonnes bactéries à l’organisme. Avec notre mode de consommation actuelle la fermentation est quasi inexistante et nous fait même un peu peur alors que c’est le processus naturel du produit qui n’est pas un mal en soit. Vous pouvez d’ailleurs tester ce délicieux petits pâtés végétaux sucrés élaborer à l’aide de la fermentation :

Pâté végétal sucré aux fruits d’automne

Plus haut dans l’article je vous avais dit que l’on pouvez aussi utiliser des tubercules. C’est en effet le cas du souchet. Ce qui est intéressant avec le souchet, c’est que ses teneurs en graisses, sucres, et protéines sont quasi égales. Le souchet fait donc de délicieux laits végétaux. Le tubercule est vendu séché, il convient donc de bien de réhydrater avant de le mixer.

Par ailleurs, le lait de coco est aussi une option très intéressante. Vous pouvez tout simplement utiliser de la noix de coco rappée et la mixer avec un peu d’eau. Versez le contenu comme d’habitude dans le sac à lait et pressez le pour récupérer le délicieux nectar !

 

C’est la fin de cet article, comme d’habitude si vous avez apprécié la lecture, partagez l’article. Si vous avez des questions relatives aux laits végétaux n’hésitez surtout pas à laisser un commentaire juste en dessous de l’article.

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

Une remarque ou une question, laissez un commentaire, j'y répondrai avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.