Mon rapport à la nature : ce qu’elle a changé dans ma vie

Bonjour à tous,

Alors aujourd’hui, ne soyez pas déçu, je ne vais pas vous présenter une délicieuse recette. Cet article est plutôt semblable à une confidence liée à la nature. 🙂

Carnaval d’articles

J’écris cet article dans le cadre d’un événement inter-blogueur appelé “Carnaval d’articles”, institué par le talentueux Adrien, auteur du site Pose Nature.

 

En quoi consiste cet événement ?

 

C’est tout simple, à vrai dire. Au travers de son thème le carnaval d’articles relie plusieurs auteurs de blog qui écrivent tous autour d’un même thème qui est cette fois-ci :

“Mon rapport à la nature : ce qu’elle a changé dans ma vie”.

 

En quoi cela vous concerne t’il ?

 

Pour vous chers lecteurs ce Carnaval d’articles vous dévoile la sensibilité des autres auteurs participants au travers ce thème de la nature. Vous aurez en outre la chance de lire des articles de jardinage, de photographie animalière, de voyages, d’astronomie et bien d’autres encore. J’espère que vous prendrez plaisir à aller lire nos lignes autour du thème : “Mon rapport à la nature”. D’autant plus qu’un livre PDF sera créé à l’issue de cette expérience, et je me ferais un plaisir de vous le partager.

Mais venons en au fait. 🙂

 

Quel est donc mon rapport à la nature, et en quoi il a changé ma vie ?

 

Fabuleux jus de céleri MasonjarCommençons par le début si vous le voulez bien. J’ai eu la chance de grandir à la campagne, au bord des merveilleux paysages que nous offre les bords de Loire. Bien loin du béton des villes je me suis laissé porté par toute la nature présente autour de moi durant toute mon enfance. Je pense que ce passage de ma vie à fait naître en moi une certaine sensibilité que d’autres ne comprendraient pas. Quand on grandi à la campagne, on côtoie la nature tous les jours. Très souvent j’allais jouer dans les sous-bois ou les forêts. Et même encore aujourd’hui j’y vais souvent, je trouve cela très ressourçant. Cependant j’ai remarqué qu’en grandissant on ne se rend plus vraiment compte de ce qui nous entour, on s’habitue aux paysages présents quotidiennement autour de nous, et on s’immisce de plus en plus profondément dans les systèmes tortueux actuels de la société, basés sur la consommation et l’argent. C’est par ce stade que je suis passé durant mes premières années d’études.

 

Cette période, bien que loin de ma campagne d’enfance, m’a tout de même servit à ouvrir les yeux sur des sujets importants. Des sujets intimement liés à la nature et à la beauté du monde qui nous entour. Entre écologie, culture, éthique et santé. Le monde a tellement à nous offrir et je vous propose de vous vous dévoiler un aperçu de mes convictions et de ce que j’aime faire pour la nature.

 

La pluralité des cultures

 

Je trouve ça merveilleux de vivre sur une planète habitée par des peuples dont les cultures sont des fois à l’opposé des nôtres (pour le pire dans certains cas malheureusement, concernant les droits humains) et partager ça les uns les autres, c’est d’autant plus beau. Pour ceux a qui ça n’a pas échappé, je suis passionné par l’Asie et j’ai d’ailleurs étudié le japonais avant de commencer à apprendre le chinois. Autant vous dire que je remercie la nature de nous avoir fait tous différents. Il faut l’avouer, si tout le monde serait pareil, on s’ennuierait.

 

Ecologie et éthique

 

Avant, je dois l’avouer j’étais abonné à la junk-food, la mal bouffe en français, puis à force de rencontres et de participation à des conférences ou à la lecture de livres, je me suis intéressé à l’écologie et à ce qui détruit peu à peu la planète et les espèces animales et végétales qui la peuple. J’ai donc décidé à ce moment là de devenir végétalien et vegan (et rassurez vous, je n’ai aucun problème de santé même après deux années). Une merveilleuse manière de participer au bien être de l’état de santé de la terre qui quand à elle n’est pas à c’est plus beaux jours.

Je me suis donc documenté sur des sujets liés à l’écologie, et notamment aux raisons du réchauffement climatique mais aussi aux que les énergies renouvelables ou encore bien évidement l’industrie de la viande et des produits animaux qui outre le fait d’être éthiquement et moralement intolérables représente une part non négligeable des émissions de gaz à effet de serre. Bien évidemment ce sujet va de pair avec beaucoup d’autres choses tel que la disparition des espèces animales ou végétales de plus en plus croissante. Mais je garde tout ce sujet pour un article futur, qui vous l’aurez compris est important pour moi. 🙂

 

Permaculture et alimentation

 

Récolte de tomatesJe me suis donc rapidement intéressé à l’agriculture, attention, pas l’agriculture conventionnelle et ses champs de monoculture à perte de vue qui détruisent les sols, non… Je vous parle là, d’une forme de culture bien plus respectueuse du sol et de la nature, puisque bio en plus, j’ai nommé : la permaculture ! Je peux d’ailleurs que vous conseiller le site d’Heikel, auteur du site Jardiner Futé qui prône pour des techniques de permaculture.

C’est en parcourant ce chemin que je suis tombé sur le thème de l’alimentation vivante. Je dois vous avouer que je n’étais pas du tout emballé au début, mais au fur et à mesure je me suis rendu compte que c’est une cuisine très créative qui outre le fait de nous apporter la santé, est aussi absolument délicieuse. On retrouve le goût des aliments non transformés. C’est par cette passion qui s’est développée en moi que j’ai le plaisir de vous écrire sur ce blog au sujet de la CRUsine et de l’alimentation vivante en générale.

 

En conclusion

 

C’est donc par toutes ces choses qu’au fil du temps ma vision au sujet du monde qui m’entoure a bien changée, une prise de conscience s’est éveillée en moi au sujet de la nature. Je suis fier de faire la part des choses pour le futur de toutes les générations qui peuplerons bientôt notre belle planète. Ne leur laissons pas des glaciers encore plus fondus, des espèces toujours de plus en plus disparues et de l’air irrespirable. Donnons leur un monde, dans lequel vivre, ne se fait pas au dépend des autres espèces animale (l’humain étant compris dedans), laissons leurs des paysages non peuplés par les êtres humains. La nature est tellement belle, ne la détruisons pas.

Je termine cet article par un proverbe japonais :

“Même la pensée d’une fourmis peut toucher le ciel”

 

C’est par l’action de chacun, même toute petite que l’on avancera vers quelque chose de meilleur.

J’espère que cet article confidence vous aura touché, n’hésitez pas à le partager à me dire ce que vous en pensez en commentaire, je me ferai un plaisir de parler avec vous. 🙂

Romain

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  

3 réflexions sur “ Mon rapport à la nature : ce qu’elle a changé dans ma vie ”

  • août 26, 2017 à 12:51
    Permalink

    Merci pour le lien, c’est gentil ! 😉

    Ton article est excellent, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. 🙂

    Réponse
  • septembre 10, 2017 à 8:09
    Permalink

    Article très intéressant, merci du partage !
    Je ressens beaucoup de choses de la même manière, même si je ne peux pas appliquer tout ce que vous faites dans ma vie.

    Réponse
    • septembre 11, 2017 à 9:40
      Permalink

      On ne peut pas toujours appliquer tout ça d’un coup, ça se fait très souvent pas à pas, sur une durée plus ou oins longue selon chacun. 🙂
      Le tout est de savoir faire attention à ce qui nous entour, en ayant le moins d’impacts négatifs possible.

      Réponse

Une remarque ou une question, laissez un commentaire, j'y répondrai avec plaisir !